Samedi 10 octobre

Rediffusion ce matin sur Musique3 d’un entretien avec Chantal Akerman fait il y a deux ans dans l’excellente émission « Grand Charivari ». Nancy Sinatra chante « Bang Bang » – my baby shot me down / bang bang/ I hit the ground / bang bang – et cela lui donne des frissons. Puis vient la dernière question : avez-vous une devise personnelle ? Oui,  répond Akerman, mais depuis peu; une phrase que me répète ma mère, quand je ne  vais pas bien: Laisse-toi vivre, Chantal, laisse-toi vivre…

Apollinaire avait une devise formidable: J’émerveille. Seul un enchanteur comme lui pouvait dire sans vanité une chose pareille. Quelle belle tâche ! Apollinaire ne se souciait pas comme Kafka de soutenir le monde; jusque dans les tranchées le monde pour lui était un grand terrain de jeu. Même sa mélancolie était enchanteresse : moi qui sais des lais pour les reines / et des chansons pour les sirènes / la romance du mal aimé…

Soutenir le monde, c’est à dire vrai le sort d’un damné, comme Atlas, le frère de Prométhée. Pas gâtés dans cette famille ! Apollinaire,  lui,  s’employait à rendre le monde plus léger, à l’illuminer par la grâce de son verbe. Sa langue coule comme une eau pure. Ecoutez ça: Non, je ne trouve pas beaucoup de différence / De prendre du tabac à vivre d’expérience/ Car l’un n’est que fumée et l’autre que du vent.


 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>