Mardi 30 juin

Roger Nimier définissait l’amitié ainsi : Si votre meilleur ami vous appelle au milieu de la nuit parce qu’il a tué quelqu’un et qu’il a besoin de vous, vous y allez, vous l’aidez à enterrer le corps. Et après vous posez les questions. ( interview de Blandine de Caunes dans Libération du 25 juin) . Je trouve ça assez beau.

Françoise Lauwaerts publie, aux éditions de l’Académie Royale de Belgique, Pouvoirs et puissance de l’écriture en Chine. Concis, limpide et passionnant. Où l’on voit que si les mystères des Egyptiens étaient des mystères pour les Egyptiens eux-mêmes, il n’en va pas autrement avec celui que représente l’écriture chinoise pour les Chinois eux-mêmes.

Au BAM à Mons, une belle expo consacrée à l’art brut,  sous le titre un peu stupide cependant de Monsens, où découvrir l’oeuvre jubilatoire de Marco Decorpeliada, démantelant la classification psychiatrique telle qu’elle est établie dans le  manuel du DSM4 ( Diagnostic and Statistic Manual of Mental Disorders) au travers de la correspondance désopilante entre son encodage chiffré et celui du catalogue des produits surgelés Picard ! Un chef d’oeuvre d’ironie schizophrénique.

Toujours à Mons, on peut voir Atopolis, l’exposition conçue par Dirk Snauwaert; J’y ai surtout été émerveillé par l’exposition dans l’exposition de Francis Alijs, qui à elle seule mérite le déplacement.

Et puis ce week-end , ce sera le congrès de Pipol V , pour la troisième fois consécutive à Bruxelles, avec pour thème Victime !  Tout un programme…

 

Une réflexion au sujet de « Mardi 30 juin »

  1. Je prends connaissance de votre blog car ayant lu votre musée imaginaire lacanien, je vous ai cherché et trouvé sur internet. Je lis ce paragraphe d’une note du 30 juin 2015 : « Roger Nimier définissait l’amitié ainsi : Si votre meilleur ami vous appelle au milieu de la nuit parce qu’il a tué quelqu’un et qu’il a besoin de vous, vous y allez, vous l’aidez à enterrer le corps. Et après vous posez les questions. ( interview de Blandine de Caunes dans Libération du 25 juin) . Je trouve ça assez beau. »
    ça me laisse pensive, perplexe. J’avais déjà entendu ça de la part d’une connaissance et m’étais tout à fait opposée à cette idée. Pour moi si un ami vous apprend qu’il a tué quelqu’un même au milieu de le nuit, il n’est alors plus un ami.
    L’amitié n’est pas fondée sur des valeurs ou accointances mutuelles, est exigeante et n’est pas aveugle il me semble. Peut-être que cette phrase va à l’encontre de l’idée commune et moralisante de l’amitié, mais je ne suis tout de même pas d’accord.
    Par ailleurs, je lis votre dernière note du 4 août où vous vous questionnez sur la suite de vie ou non de ce blog, ou sa transformation. Je me permets de donner mon avis puisque ce blog est ouvert aux réponses des internautes. J’ai été un peu déçue tout de même en le découvrant au vue de la qualité de vos livres (celui que j’ai lu en tout cas). On y découvre de belles choses comme votre relecture de l’âge d’homme de Michel Leiris. Ce blog ne pourrait-il pas être un peu plus travaillé ou élaboré et plus exigeant en misant sur la trouvaille ou retrouvaille de pépites ?
    Cordialement, Zoé r.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>