Lundi 8 juin

On peut ne pas partager toutes les prises de position de Bernard-Henri Lévy. Regretter le charmant Kadhafi , louer les épatants  Vladimir Poutine et Ranzam Kadirov, et autres protecteurs du genre humain. La vindicte dont il est l’objet devrait cependant donner à réfléchir. Les batailles de tarte dans Laurel et Hardy ou autres films muets n’étaient pas l’espèce de lynchage à quoi ressemblait bien l’agression organisée la semaine dernière à Namur par Noël Godin et vingt – oui, 20 , pas moins- de ses valets, et saluée avec une jouissance débile par une cohorte d’esprits forts.

Oui, on peut ne pas souscrire à toutes les opinions de BHL. Mais honte à cette danse du scalp.  Pour l’heure, on ferait mieux de s’intéresser un instant à ce qui se passe dans un pays qui s’appelle le Burundi, et où les locaux de  La Renaissance, la seule radio-télévision qui ne soit pas à la solde du pouvoir dictatorial en passe de s’installer en réactivant les terribles conflits ethniques hérités de la période coloniale, où ces locaux donc ont été mitraillés et saccagés. Et il ne sera pas interdit de rappeler que Bernard-Henri Lévy fut à l’initiative  de la création de cette radio il y a une quinzaine d’années au lendemain des accords d’Arusha , après les n-ièmes massacres qui avaient  ensanglanté le Burundi. Mais sans doute ignorez-vous où cela se trouve, Mr Godin, le Burundi. Vous n’y seriez pas très à l’aise à mon avis. Vous vous  y feriez tout petit petit, courageux comme vous l’êtes, avec votre vingtaine de laquais.

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>