Dimanche 8 juin

Depuis 48 heures, je découvre Facebook, et c’est assez différent de ce que j’avais imaginé. Il faut dire que j’avais l’an dernier ouvert un compte sur un autre réseau social (Linkedin) , complètement sans intérêt et passablement intrusif. J’avais en outre eu les plus grandes peines à m’en désinscrire.

Facebook m’apparait tout autrement. Je m’y suis connecté avec une trentaine de personnes au départ, pas plus. Mais aussitôt, j’ai eu le sentiment d’être pris dans un mouvement fertile et vivace, recevant en 2 jours toute une série d’informations imprévues, originales, intéressantes.

Je découvre des addicted: Tania -attention aux effets secondaires , elle savait de quoi elle parlait! – , Myriam Saduis, Daniel Van der Gucht, Lacadée ( vive Lou Reed ! ), Encalado, Laurent de Sutter (putain de métaphysicien! ). Je vois bien que se pose la  question de la perméabilité entre vie publique et vie privée, mais sans rien qui me choque jusqu’ici.

Effet immédiat de cet intérêt : je ne sais plus très bien ce que je dois réserver à ce blog ou aux messages sur  Facebook.  J’y verrai sans doute plus clair dans quelques temps  à l’usage. Il n’est peut-être pas forcé que je distingue les deux. Mais si en plus je songe à  M’enfin !, ma chronique dans  Lacan Quotidien, le journal électronique du Champ  Freudien,  me voici tout de même un peu  embarrassé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>