Mardi 14 janvier

Par deux fois la semaine dernière,l’occasion m’a été offerte de présenter mon Envers du décor. Au Wiels d’abord, pour une conversation sympathique avec Pauline de La Boulaye, Juan d’Oultremont et Eric Angenot. A l’ACF-Belgique ensuite, pour un autre échange  tout aussi plaisant avec Bruno de Halleux et François Ansermet, qui se trouve être le directeur de la Collection « Psyché », dans laquelle j’ai été accueilli aux éditions Cécile Defaut.

Au Wiels, j’ai hélas beaucoup ramé avec le « Powerpoint ».  Je n’ai pas réussi à montrer certaines des images que je souhaitais montrer, notamment trois d’entre elles  que je devais précisément au Wiels d’avoir découvertes. Je répare tout de suite ici ce malheureux ratage:

Rose-Marie Tröckel : Visage de la guerre

Walter Swennen : Cuirassé

Petrit Halilaj : Poisoned by men in need of some love

A l’Acf-Belgique, la conversation suivait une conférence de François Ansermet, intitulée Quand la science force la réalité.  Son propos se croisait de plus d’une manière avec le mien : de même en effet que la biologie et la génétique ont en quelques décennies  bouleversé  profondément notre rapport à la parentalité,  à la reproduction sexuée, au genre, à la maladie et à notre représentation du vivant comme tel, de même la représentation de la guerre est un prisme à travers lequel nous pouvons mesurer l’incidence du forçage que la science opère dans ce que nous appelons réalité. Sans doute la conférence de François sera-t-elle publiée prochainement, mais ceux que ces questions intéressent peuvent  dès à présent se reporter avec bonheur à son ouvrage Clinique de l’origine (Cecile Defaut éd,  2012)


 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>