Mercredi 25 décembre

Blaise Pascal écrivait au Père Noël ! Et des lettres pas banales. Voilà ce que j’apprends à lire En cherchant Majorana d’Etienne Klein ( ed.Flammarion ). Ettore Majorana, disparu mystérieusement en mars 1938 à bord d’un navire entre Naples et Palerme, âgé de 31 ans, était un physicien de génie, dont  les travaux théoriques anticipaient  les découvertes  les plus récentes sur la structure des particules élémentaires. Sa présence fantomale accompagne Etienne Klein depuis qu’en juin 198O, débarquant au CERN à Genève, se décida sa propre vocation de physicien à la suite d’une révélation inouïe: le vide n’était pas vide !

Le vide contient de l’énergie. Il contient du même coup de la matière « à l’état de veille », des particules « tapies dans le vide telles des Belles au bois dormant », qu’un accélérateur de haute énergie peut en quelque sorte réveiller.C’est ce dont Pascal avait eu l’intuition fulgurante : il y a autant de différence entre le néant et l’espace vide que de l’espace vide au corps matériel; et ainsi l’espace vide tient le milieu entre la matière et le néant, écrit-il le 29 octobre 1647 au… Très révérend Père Noël, recteur de la Société de Jesus, qui n’était pas de cet avis( cf. Oeuvres complètes, éd.Pléiade, p.376).  La physique des particules est pascalienne : voilà donc ce que j’apprends précisément aujourd’hui, en lisant cette  passionnante  biographie intellectuelle.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>