Mardi 1 octobre

On trouve tout et le contraire de tout sur le Net. On y trouve même des perles sans l’avoir cherché. Par exemple ceci, la semaine dernière, relayé sur plusieurs sites d’information: un enfant européen sur dix a été conçu dans un lit Ikea ! La statistique aurait été établie sur les bases d’un savant calcul corrélant les ventes du magasinier suédois au cours des dernières années et le nombre des naissances.

Le net est un foutoir. Ce qui l’ordonne tient seulement au taux de fréquentation des sites référencés. Tout y mélangé, et c’est souvent ce qui fait son charme. A l’âge de la science, où le savoir est tellement saucissonné, découpé en fonction de spécialisations toujours plus fines, classé dans des tiroirs étanches, le net fait de tout cela une joyeuse salade, comme dans un vieux grimoire.

En entreprenant une recherche bien ciblée, on est cependant parfois conduit à d’étranges découvertes. Je voulais connaitre la référence d’une citation de Karl Marx. Je tape cette phrase sur Google. Première surprise: le premier site proposé est un site faisant référence à l’Islam (j’en tairai le nom).  Intrigué, je clique et je tombe, sans autre explication, sur le texte de Mein Kampf in extenso. Je n’ai pas vérifié si la phrase de Marx y était effectivement citée. Mais cet enchaînement inquiétant m’a semblé fort instructif. Le site, venant en tête d’une longue liste, était forcément fort fréquenté.

La guerre en Syrie est quotidiennement l’objet de nombreux commentaires. De savants politologues nous abreuvent de leurs analyses. Mais combien y ont mis les pieds? Combien savent réellement ce qui s’y passe? Tapez sur Google le nom de la reporter de guerre indépendante Francesca Borri. En quatre pages hallucinantes, elle vous en apprendra plus sur la Syrie que tout ce que vous avez pu lire depuis 2 ans. Elle vous en apprendra aussi beaucoup sur les dures conditions de travail d’une  journaliste intègre.

Olivier Dupuis est de ceux-là. Sur son site:  www.leuropeen.eu , lisez son article pénétrant sur « Bruxelles et le syndrôme de Stockholm ». La logique de toute  l’histoire des réformes institutionnelles bancales qui se sont succédées depuis un demi-siècle en Belgique en est éclairée.

Sur le site de la revue d’architecture  Constructif, Jean-Philippe Toussaint signe un très beau texte: Villes conscientes , villes inconscientes. Le Paris de Balzac, le Dublin de Joyce, l’Alexandrie de Durell, le Tokyo de Nue,… autant de villes littéraires, de villes fantasmées, de villes typographiques. Et pour la première fois, Jean-Philippe Toussaint évoque Bruxelles, la grande absente de tous ses livres.

Un forum se tiendra ce samedi 5 octobre de 14 à 18 h. à la Maison des Associations Internationales, rue de Washington à Ixelles, pour la défense de la psychanalyse dans le contexte du projet de loi réglementant la psychothérapie que l’on nous mitonne. Toutes les informations nécessaires à ce propos sont réunies sur le site de l’ACF-Belgique: www.acfbelgique.be

On me permettra enfin deux clins d’oeil familiaux: à mon cousin Jean-François Depelsenaire, qui, après avoir réalisé celui des collections du Centre Pompidou, a conçu le nouveau site des collections des Frac: www.lescollectionsdesfrac.fr , qu’on consultera avec bonheur. Et enfin à ma fille Milena, qui vient de mettre en ligne sur WordPress un bien joli site  (www.milenapels.com ) consacré à l’Ikebana (l’art floral japonais), où vous pourrez découvrir, entre autres oeuvres , un très original Nu descendant l’escalier.

 »"

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>