Samedi 18 mai

Je suis ce week-end à Rodez, pour l’ouverture de Novas Peregrinações, une exposition de mon vieil ami Joao de Azevedo. Elle se tient jusqu’au 23 juin à « La menuiserie », un centre d’art très original, sis rue du 11 novembre.

 

Joao de Azevedo est un peintre inclassable, qui use des couleurs avec une liberté épatante.  Il montre ici diverses facettes de sa production récente, au sein de laquelle revient obstinément la figure fabuleuse du crocodile, qui le poursuit depuis quelques années passées à Timor où elle est omniprésente dans la nature et dans les légendes. Enfant de la mer, comme tous les Portugais, le bateau est un autre de ses thèmes de prédilection. Nous le retrouvons dans une série d’oeuvres très émouvantes consacrées aux Harragas, ces migrants clandestins qui ont brûlé leurs papiers avant de s’embarquer pour de périlleuses traversées en mer sur des rafiots de fortune.

Lui-même dut autrefois prendre le chemin de l’exil. Il le conduisit en Belgique quelques années, puis en Italie. Il devint un citoyen du monde, travailla longtemps au Mozambique et au Niger. Il vit à présent…aux Pays-Bas ! L’été, nous nous retrouvons souvent  dans sa maison en Algarve. On y croise pas mal de Harragas.

 

 

A Rodez , le nom d’un autre peintre, Pierre Soulages, est sur toutes les lèvres. Celui-ci a en effet légué à sa ville natale une grande part de son oeuvre. Le Musée Soulages, conçu par  un bureau d’architecture de Barcelone, ouvrira dans un an, et autour de lui, c’est tout le centre ville qui est en cours de réaménagement. Une ville qui vit au rythme de la peinture, c’est plutôt sympathique.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>