Jeudi 21 février

Hier soir avait lieu, dans la belle librairie Chapitre XII à Ixelles, une présentation de Mal faire, dire vrai (Fonction de l’aveu en justice) , le cours donné par Michel Foucault en 1981 à l’Université de Louvain, dont j’avais signalé la publication dans un billet précédent. Fabienne Brion, qui a établi le texte de ce cours, a rappelé le contexte de cette venue à Louvain de Michel Foucault, six ans après la publication retentissante de Surveiller et punir. En Belgique, se discute alors une réforme du code de défense sociale. Michel Foucault accepte l’invitation de Françoise Tulkens, professeur à l’Ecole de criminologie, une discipline qu’il tient pourtant pour du bavardage.

Foucault se garde bien dans ce cours de toute proposition quant à cette réforme de la défense sociale. Cinq ans plus tôt, dans son cours au collège de France, il a fait un sort à ce syntagme il faut défendre la société. Il s’engage du coup dans une réflexion inédite sur la fonction de l’aveu aux cours des âges, d’Homère à l’expertise psychiâtrique au XIXème siècle , en passant par la direction de conscience stoïcienne et la pratique chrétienne de l’exercice spirituel et de la confession. Il entraîne ainsi  ses auditeurs dans une espèce de  carnaval concerté selon la belle expression épinglée par Fabienne, où  à travers le prisme de l’aveu, se font jour des « régimes de véridiction » différenciés.

J’aurai l’occasion de revenir sur tout cela au cours de la prochaine séance du « Cabinet de réflexion » du Théâtre Marni le jeudi 7 mars prochain à 19h.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>