Dimanche 20 mars

 

A l’occasion du centenaire de Pier Paolo Pasolini,  la Cinematek de Bruxelles programme en ce mois de mars un cycle dédié à l’ensemble de sa production filmique. Ainsi, ai-je pu hier voir son étrange Oedipe Roi, dont il disait qu’il était de tous ses films le plus autobiographique. Mais outre ce cycle, la Cinematek a eu l’heureuse idée de proposer  une exposition consacrée à Chantal Vey et son magnifique travail sur les pas de La longue route de sable, récit du voyage solitaire qu’entrepris Pasolini en 1959 en suivant la côte italienne de tout son long de Vintimille jusqu’à Trieste. Un demi siècle plus tard, Chantal Vey  a refait ce voyage a contra-corrente, au départ de Trieste donc.

Je dois ici faire un aveu. Je suis à la fois émerveillé et un rien jaloux. En effet, dès la lecture du livre de Pasolini, j’ai eu la même idée: faire à mon tour ce voyage et  revisiter tous ces lieux que Pasolini avait évoqués. C’est donc avec une certaine émotion, comme si Chantal Vey s’était dévouée à réaliser ce rêve, que j’ai découvert les superbes photographies qui ponctuent son propre récit, photographies qui font l’objet d’un très beau livre (éd.Loco), parallèlement aux trois volumes racontant son propre voyage.

Une marche non funèbre, comme l’a bien dit Emmanuel d’Autreppe dans un numéro récent de L’Art même, à rebours des hommages ambigus et des récupérations douteuses que ce centenaire n’a pas manqué non plus de susciter.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>