Dimanche 21 mars

 

Sur le site du Conservatoire de Paris, on peut voir en ce moment , dans une mise en scène impressionnante de Brigitte Jacques-Wajcman, The turn of the screw - Le tour d’écrou- , opéra en deux actes de Benjamin Britten, adapté de la célèbre nouvelle d’Henry James.

Quel tour de force que ce tour d’écrou. Je ne parle pas ici du texte ô combien troublant de James, mais de la musique de Britten, qui distille sur le spectateur le même envoûtement angoissant que celui qui  touche les protagonistes de l’histoire, de la mise en scène, limpide, aussi intense que dépouillée, du  décor, minimaliste et parfait à la manière d’une oeuvre de Joseph Albers,  de la lumière qui irrradie la scène de ses bleus subtils, des costumes si sobres et si justes, de la grâce des chanteurs, et du contraste permanent entre la beauté de l’ensemble de ces éléments et l’horreur de cette cérémonie de l’innocence pervertie.

Sur le site de la Comédie Française à présent, est en ligne l’adaptation théâtrale de Fanny et Alexandre d’Ingmar Bergman par Julie Deliquet.  Une adaptation ma foi très réussie, tout à fait  fidèle à l’esprit de Bergman, sans lui être servile. A l’invitation de L’envers de Paris, j’aurai le plaisir de dialoguer ,via zoom évidemment, avec Julie Deliquet ce dimanche 28 mars à 18h . Cf.  le lien ci-dessous.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>