Lundi 6 avril

J’ai mis à profit le confinement pour rédiger un texte en vue d’un prochain numéro de La Cause du désir. Son titre: Lacan présocratique ! Je me suis donc replongé dans lesdits présocratiques, qui sont de fameux personnages.

Ainsi Empédocle fût-il surnommé « Empêche-Vent » pour avoir, selon Suidas, Clément d’Alexandrie et Plutarque, préservé Agrigente de la peste en faisant disposer des peaux d’âne tout autour de la ville  et obturer un col de montagne par lequel s’engouffraient des vents furieux et pestilentiels ! Que ne revient-il parmi nous ?

Seuls des fragments de leurs oeuvres nous sont parvenus. Cela confère à leurs dires une forme oraculaire, qui accentue leur aspect légendaire.  Nous ne disposons que d’une centaine de vers de Parménide, mais toute la métaphysique en est issue. Leurs actes n’étaient pas moins grandioses, à l’image de celui d’Empédocle encore, qui se jeta dans l’Etna, d’où sa sandale de bronze fut recrachée. Démocrite aussi mit fin à ses jours, lui qui pourtant riait sans cesse aux éclats. Il faut dire qu’il ne manquait pas d’esprit.  « Bonjour  Madame », lança-t-il un matin à celle qu’il avait saluée la  veille d’un « Bonsoir jeune fille », et qu’il avait rejointe durant la nuit .

J’aime aussi beaucoup ce trait d’esprit de Xénophane, à qui quelqu’un prétendait avoir vu des poissons nager dans de l’eau bouillante: « Nous les cuirons donc à l’eau froide ».

Bref, la compagnie des présocratiques m’a été très agréable au cours de ces trois premières semaines sous cloche. Combien de temps encore à ce régime ? Le temps, dit Héraclite, est un enfant qui s’amuse, il joue au trictrac. A l’enfant la royauté.

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>