Mercredi 6 juin

 

Roger Federer n'était pas très à l'aise  dimanche face à l'épatant petit David Goffin. Après la partie, celui-ci  a eu droit à de beaux compliments du maître, parfaitement mérités. Hier Federer a gagné face à  Del Potro.  Ce match en cinq sets, , et plus encore celui de Djokovic face à Tsonga,  inspire des commentaires lyriques aux journalistes sportifs ce matin. Que sera-ce avec les retrouvailles entre Federer et Djokovic? On se souvient que l'an dernier, ils  avaient livré un match de toute beauté 5 heures durant, selon le pur schéma d'une tragédie classique en cinq actes.  

Dans "Le Monde" de samedi, il y avait un article sur le tennis et la politique, ou plutôt sur le tennis et sa pratique par les hommes politiques français, qu'on découvre nombreux à s'y exercer. Il ressort de cet article une espèce de caractérologie du politicien à la lumière du tennis, saisi comme un prisme grossissant les traits retors ou princiers des uns et des autres. Sans grand intérêt finalement. 

Des films présentés à Cannes qui  sortent à présent en salle, je suis surtout impatient de voir Amour  de Hanneke, avec  Emmanuel Riva et Jean-Louis Trintignant. En tous cas, je n'ai guère aimé le lourdingue mélo De rouille et d'os  encensé par tant de critiques. 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>