Vendredi 13 septembre

Depuis quelques jours, il n’est question que du vendredi 13. Non pas celui de ce mois de sptembre 2019, mais du vendredi 13 avril 2029, jour où, parait-il, un météorite de belle taille – plus de 300 mètres- s’approchera dangereusement de l’atmosphère terrestre. Baptisé Apophys, du nom du dieu égyptien du chaos, il pourrait nous réserver le sort encouru naguère par les dinosaures ! Sera-ce, comme eût dit Louis Wolfson, Point final à une planète infernale ? Au fait, est-il bien  besoin de ce caillou pour y arriver ?

Vendredi 13 ou pas, sur l’échelle de Turin -soit le classement de 1 à 10 des risques d’impact des météorites sur la terre-  Apophys ne recueille en tous cas que la cote assez minable de 2.

Qu’est-il inscrit dans les astres, d’ici 2029 ou plus tard ? Les météorologistes, qui  sont les devins de notre temps, ne nous prédisent que fournaise infernale, déluges, ouragans, désertification. Les écologistes dénoncent l’épuisement des ressources naturelles, la disparition galopante des espèces, la pollution généralisée des mers, des terres et de l’air. Pas en reste, des économistes dispensent les oracles les plus sombres: crash boursiers, faillite des états, anarchie générale. On voit venir des guerres dévastatrices.  Ce tableau est bien déprimant, mais cela nous empêche-t’il de croire au Père Noël ? Finalement, tout s’arrangera., non?   A suivre Lacan, les seuls assez lucides pour croire vraiment à l’Apocalypse sont les fous.

Paul Jorion, que j’ai croisé il y a bien longtemps, et qui tient aussi un blog, n’est pas fou, enfin juste ce qu’il faut pour faire des prophéties. Depuis qu’il avait parmi les tout premiers anticipé la crise des subprimes en 2008, il est devenu une star considérée en matière de finance et d’économie. Enfin considérée par certains, pas par tous, loin de là.  Un de ses livres porte un titre ironique: Le dernier qui s’en va éteint la lumière. A bon entendeur salut.

Lacan a, à l’occasion, énoncé des prophéties, et pas des plus drôles, telles l’ extension croissante des procès de ségrégation et la montée du racisme. Parfaite démonstration de ce constat: plus de commissaire européen à l’immigration dans la nouvelle équipe d’Ursula Von der Heyden, mais un commissaire en charge de  la protection du mode de vie européen !  Une « grossière erreur de communication » titrait hier un éditorialiste ! Ah la com’!

En vérité, ce changement veut dire quatre choses: 1°) que le problème de l’immigration  s’appelait  en vérité le mode de jouir européen; 2°) que ce mode de jouir est incompatible avec d’autres -oui, comme la colonisation l’a établi aux dépens des soi-disant sous-développés !- ; 3°) que, selon l’implacable binaire mis en lumière par Jean-Claude Milner, ce problème exigeait une solution, 4°) qu’il est désormais réglé, la protection des frontières  européennes étant à présent assurée.

J’entendais il y a 2 jours  à la radio-c’était le 11 septembre- l’admirable WTC9/11, composé par Steve Reich en hommage aux victimes des Twin Towers. Le siècle a commencé avec ces images d’apocalypse, qui avaient inspiré à Stockhausen des propos complétement déplacés: la plus grande oeuvre d’art jamais réalisée. Rappelons-nous plutôt que  WTC sont aussi les initiales du Wolhtemperierte Clavier de Jean-Sébastien Bach. On aimerait que ce clavier bien tempéré inspire davantage les « communications » de  ceux qui chantent le « mode de vie européen ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>