Samedi 3 août

Les géniales Nouvelles en trois lignes de Félix Fénéon sont  heureusement rééditées en poche (éd. Libretto). Dandy anarchiste, ami de Mallarmé, de Mirbeau, d’Apollinaire, de Breton, rédacteur en chef de la mythique Revue blanche, critique d’art grand découvreur de talent, Fénéon rédigea de février à novembre 1906 pour le journal Le matin de brêves dépêches dans une langue administrative parfaitement impersonnelle, qui sont autant de perles d’humour noir.

Quelques exemples, piqués vraiment au hasard

Le canonnier Ruffet s’est enfui de la prison de Brest avec la sentinelle. Lui seul a été rattrapé.

Toujours, on empêchait Madame Couderc, de Saint ouen, de se pendre à son espagnolette. Exaspérée, elle s’enfuit à travers champ. 

Comme son train stoppait, Madame Parluccy, de Nanterre, ouvrit, se pencha; Passa un express, qui brisa la tête, et la portière.

Son képi de forestier s’étant envolé, Christian, qui dévalait en char la pente de la Vologne, sauta, et , tombant, se tua

A Verlinghem (Nord), Madame Ridez, 30 ans, a été égorgée par un voleur, cependant que son mari était à la messe.

Monsieur jules Kerzezo présidait une société de gymnastique, et pourtant, il s’est fit écraser en sautant dans un tramway, à Rueil.

L’ex-maire de Cherbourg, Gosse, était en proie à un barbier, quand il cria et mourût, sans que le rasoir y fût pour rien.

Les Blanquer suaient l’alcool. Un cabaretier osa leur refuser à boire. Ils le frappèrent d’un poignard indigné.

Lefloch, Bataille et Bernard n’avaient encore recueilli que 2kilomètres de fil téléphonique quand on les arrêta. 

Cet éventail désopilant m’a inspiré. Alors voilà, ce que j’ai cueilli dans la presse de ces derniers jours :

A Baer le Duc, la doyenne de la frontière sert la bière. Elle aimerait finir sa vie dans son café.  De préférence derrière son comptoir.

Trop de plans de sécurité; la police s’y perd. Face aux nombreux plans à l’échelle locale, nationale, européenne, la police n’en sort plus.

Des jeunes d’un mouvement de jeunesse de Zonnergem affirment u’un agriculteur leur a tiré dessus, alors qu’ils traversaient un champ de maïs. L’agriculteur était furieux et les jeunes très affectés.

« Je ne comprends pas pourquoi se donner tant de peine pour briguer la présidence , juste pour parler de ce qu’on ne peut pas faire sans vouloir se battre ». La sénatrice Elisabeth Warren a ainsi recadré le député  du Maryland, Delanney , sous un tonnerre d’applaudissements.

A Brasilia, Bolsonaro annule un rendez-vous avec Jean-Yves Le Drian pour se faire couper les cheveux. après ce rendez-vous manqué, ce dernier a « gardé le calme des vieilles troupes ».

Le père de Boris Johnson supplie l’UE de faire un geste. Europhile, Stanley Johnson juge que la position des 27 sur le Brexit précipite le Royaume-Uni  « du haut de la falaise « .

La réglementation pour les trottinettes se durcit à Paris. Pour « en finir avec l’anarchie » et calmer la grogne des Parisiens, la maire , Anne Hidalgo, a annoncé des mesures destinées à encadrer l’essor des trottinettes.

Dans les Pyrénées arriègeoises, la haine de l’ours gronde. Face à la colère des éleveurs, l’Etat a, pour la première fois, mis en place des mesures d’effarouchement de l’animal.

« Je me sens plus éleveur qu’avant la robotisation ». Benoit boivin se félicite d’avoir investi dans un robot de traite pour ses vaches.

En moins d’une heure, j’en ai relevé encore bien d’autres. Je recommande vivement cet exercice édifiant.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>