Dimanche 14 avril

Ce week-end, comme j’étais à Paris pour le cours de poétique lacanienne que j’y donne à l’Ecole de la Cause Freudienne, je suis allé faire un tour à Beaubourg, où se tient notamment une exposition consacrée à Isidore Isou.  Et je me suis dit que je ne pourrais pas terminer cette année de cours sans évoquer cet esprit fantasque, fondateur du lettrisme, non plus que cet autre roumain génial: Gherasim Luca.

Dans une salle voisine, au même étage de Beaubourg, j’ai été ému de découvrir aussi une exposition Stéphane Mandelbaum.  C’est que j’ai bien connu Stéphane avant qu’il n’aille au devant de son destin tragique. Il séjourna en effet plusieurs années à La Louvière dans un centre d’accueil pour des adolescents où je travaillais alors. Et je ne me pardonne pas de n’avoir pas sauvé de la destruction de splendides dessins qu’il y avait punaisés aux murs. Les circonstances de son sordide assassinat  à 25 ans n’ont jamais été complétement élucidées. Mais on sait qu’il avait trempé peu de temps auparavant dans le vol d’un Modigliani !  Un peintre dont je me souviens qu’ il m’avait dit l’adorer…                De temps à autre, je croise le père de Stéphane, Ariè Mandelbaum, excellent peintre lui aussi. Je suis très heureux pour lui de la réalisation de cette exposition.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>