Lundi 25 février

 

Il y a un an exactement, après l’avoir interrompu pendant quelques mois, et alors que j’étais occupé aux corrections de la publication en livre de ses six premières années, je reprenais ce blog. Me revoici amené à réfléchir sur le sens de cet exercice, parce que dans deux semaines, l’ACF-Belgique organise une soirée autour du livre de Gérard Wajcman: Les séries, la crise, le monde, les femmes (Verdier éd) et de ma Vie anecdotique. Ce sera le vendredi 15 mars prochain , à 21h. pour être précis.

La thèse de Gérard Wajcman est que la série est une forme nouvelle de récit, addictive et  à saisir comme symptômatique de notre monde sans limites, un monde en crise, moins globalisé que fragmenté, dont les séries sont  le miroir. Les femmes qu’elles mettent en scène, déglinguées et déglingueuses,  y sont en crise elles aussi, elles en sont l’incarnation, le symptôme absolu, elles sont  les fossoyeuses décidées du monde ancien et de ses vieilles  légendes.

Peut-on considérer le blog comme une forme nouvelle lui aussi ? Je n’en suis pas sûr. Il appartient bien au même monde cependant, chaotique et désorienté, un monde dont le récit traverse une crise permanente, au gré d’une actualité faite de fake news et de vraies catastrophes, de créations technologiques vertigineuses et de destruction en règle de la planète, de traditions en déroute et d’impératifs nouveaux de  jouissance.

Les séries nous fournissent une manière de sismographie de cette actualité du monde tel qu’il va, ou ne va pas, et un blog peut-être  pourrait avoir cette même fonction. J’avoue pourtant que ce ne fut pas là mon ambition. Je me suis lancé dans cette entreprise sans préjuger de rien, candidement.  Sans telos aucun! Coupable innocence! Puis-je encore aujourd’hui faire ainsi le naïf? Soit, j’y réfléchirai d’ici le 15 mars. Mais mon modèle reste inchangé, c’est le merveilleux vagabondage d’Apollinaire dans ses chroniques du Mercure de France. A quoi j’ajouterai cet espoir qui animait Gilles Deleuze: atteindre, disait-il, à ce point secret où la même chose est anecdote de la vie et aphorisme de la pensée.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>