Lundi 26 novembre

Ah le beau lapsus !  Myriam Séduis, ai-je écrit dans mon billet du vendredi 23, en évoquant Final cut, la pièce de Myriam Saduis, pour quelques jours encore à l’affiche du théâtre Océan Nord.  Myriam Saduis m’a séduit, oui, et je ne suis pas le seul, à en juger par toutes les critiques élogieuses qui fleurissent à son propos.

Séduit par Mitra, le film de Jorge Leon, présenté ce samedi au  cinéma Palace, le public semble bien l’avoir été tout autant. Dans le débat  qui a suivi, que  nous avons eu le plaisir d’animer,  Katty Langelez-Stevens et moi-même, Jorge Leon a souligné ce qui l’avait poussé à cette double entreprise d’une pièce de théâtre et d’un film autour de l’histoire de Mitra Kadivar, psychanalyste iranienne abusivement  internée en psychiatrie voici quelques années à Téhéran: un acte de solidarité. Solidarité de Jacques-Alain Miller, en réponse à l’appel à l’aide de Mitra, relayée par la communauté analytique rassemblée dans l’AMP, dont les efforts aboutirent à la levée de cet internement. A cet acte de solidarité, il s’est à son tour associé à travers ces deux créations, où l’histoire singulière de Mitra se croise  avec celles de patients en psychiatrie hospitalisés dans le Sud de la France. Le résultat filmique  en est un oratorio d’une puissante  beauté, où les images de ces derniers s’enchâssent avec le récit de l’enfermement de Mitra, sur fond d’une musique sublime dûe à la compositrice autrichienne Eva Reiter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>