Dimanche 11 novembre

Aux « temps arides du scientisme », Lacan recommandait au psychanalyste l’étude de la poétique, qu’il tenait pour la pointe suprême de l’esthétique du langage, en ce qu’elle inclût, précisait-il, « la technique, laissée dans l’ombre, du mot d’esprit ».  Je prendrai appui sur cette indication pour mon premier cours de « poétique lacanienne » le 23 novembre prochain à l’Ecole de la Cause Freudienne (1, rue Huysmans) à Paris, parallèlement à celui que j’ai le bonheur d’assurer à Bruxelles en collaboration avec mon amie Ginette Michaux.

Aux temps arides du fascisme ascendant, la poésie se trouve mise à la sauce amère de l’humour noir. On ne peut ainsi prêter assez attention à la devise qu’a empruntée Steve Bannon à Satan : Better to reign in hell than serve in heaven, -Plutôt régner en enfer que servir au paradis. Le vers est extrait du  Paradise  lost de John Milton. L’enfer sur lequel rêve de régner ce dangereux personnage est hélas à nos portes. Trump aux USA, mais aussi Dutertre aux Philippines et Bolsanaro au Brésil ont pris leurs leçons chez lui.

Bannon fait de l’Europe la prochaine étape de sa croisade pour l’apocalypse. En vue des prochaines  élections européennes, il est présentement occupé à poser à Bruxelles la base de son mouvement: The mouvement précisément. Il en a confié les clés au nommé Modrikammen, quelqu’un que nul n’a pris très au sérieux jusqu’ici, à tort à mon avis. Je le recommande à l’attention de ceux que préoccupent les « discours qui tuent » -thème de la journée organisée à Bruxelles à l’Université Saint Louis le 1er décembre prochain par la Movida Zadig. Toutes les infos à ce propos sur les sites du Champ Freudien et de  l’ACF-Belgique .

Aux temps arides des vents mauvais du scientisme, du fascisme ascendant et du triomphe de la marchandise, par quel chemin retrouver « l’autre côté du vent »?  De The other side of the wind, le film que le grand Orson Wells ne réussit jamais à terminer, existent plus de cent heures de rushes, à partir duquel a été reconstitué pieusement ce qui en constitue donc une version, parmi les mille et une avec lesquelles se débattait Wells, au milieu d’insolubles problèmes d’argent.  Sur Netflix, qui a financé le beau projet, on peut depuis quelques jours  découvrir ce chef d’oeuvre inachevé. On appréciera ce miracle avec plus de saveur encore à voir dans la foulée, ou mieux peut-être avant de découvrir le film lui-même, le formidable documentaire réalisé à son propos par Morgan Neville: They ‘ll love me when I am dead. Ils m’aimeront quand je serai mort, comme le disait Wells en riant aux éclats.  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>