Mardi 23 octobre

Le spleen du mâle: tel est le titre du supplément Idées du Monde du week-end dernier, qui vient comme en écho du numéro d’octobre de la New York Review of books intitulé The fall of men.
C’est qu’il y a aux Etats-Unis, une boy crisis. Aujourd’hui, la virilité n’est plus un fait, c’est un problème, écrivait dès les années 60 le sociologue Arthur Schlesinger.  Selon Arlie Hochschfild, le lien de cette boy crisis, qui s’est approfondie, et le virage à droite de l’électorat américain est très sensible: Le patriotisme et la famille ont déjà été confisqués par la droite dure. Il ne faut pas que la même chose arrive au masculin, écrit-elle.

En regard de ces propos, on lit avec d’autant plus d’intérêt la publication dans le même numéro du Monde, d’extraits d’un entretien, en 1975, de Romain Gary avec Jacques Chancel. Je crois, disait-il, qu’un des grands problèmes de ce temps est l’abus de  la virilité, l’intoxication, l’infection virile. Je crois que l’Amérique en particulier est obsédée par la virilité. C’est le signe d’une dévirilisation profond, d’une angoisse qui se manifeste à l’extérieur par le machisme et par des fanfaronnades de virilité. Gary évoque ensuite avec beaucoup de pudeur, sa séparation avec Jean Seberg après neuf ans de bonheur parfait: Même au plus profond de l’amour, l’homme et la femme n’ont pas de fraternité (…) Cette absence de fraternité entre les hommes et les femmes est un des grands drames du couple. Or, ajoute Gary, la vérité des rapports de l’homme et de la femme, c’est le couple, et tout le reste c’est de la crème chantilly. Je verse ces propos au dossier de la préparation des prochaines Journées de l’Ecole de la Cause Freudienne, dont le thème sera Le mariage et la sexualité, préparation qui bat son plein.

Hier soir, avait lieu à  Bruxelles à la librairie Tropismes, la présentation de la biographie consacrée par Jean-Pierre Orban à Pierre Mertens, qui était présent (Pierre Mertens, le siècle pour mémoire, Les impressions nouvelles).  Formidable confrontation entre l’écrivain et son biographe, qui roula moins sur le contenu du travail colossal de celui-ci que sur les vertus, les travers, les écueils, les paradoxes de l’exercice biographique. Il faut dire que Pierre Mertens avait de longtemps anticipé cette situation dans une nouvelle flamboyante intitulée La loyauté du contrat, dialogue retors entre… un écrivain et son biographe !

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>