Dimanche 6 mai

J’ai découvert le dessin ci-dessus , oeuvre d’Andy Warhol, il y a deux semaines à l’occasion d’Artbrussels sur le stand de la galerie parisienne Mitterand. Comment ne pas songer au Bouquet of tulips de Jeff Koons? Celui-ci connaissait-il ce dessin? La filiation semble évidente en tous cas. Les oulipiens parleraient sans doute d’un « plagiat par anticipation »!.

C’était  ce week-end l’ouverture, par anticipation aussi, du Kanal-Pompidou. Je suis allé trop souvent à Beaubourg  pour me plaindre de le voir à présent comme à ma porte. Je me suis donc rendu  sans a priori à cette exposition inaugurale.  Les soupçons de « colonisation française » m’énervaient. Bruxelles n’a été  que trop longtemps une ville provinciale étouffante. Et la fermeture du Musée d’Art Moderne il y a près de 10 ans avait bien démontré qu’on n’en était pas encore sorti. En outre, comment ne pas préférer voir le beau bâtiment Citroën converti en centre d’art plutôt qu’en un magasin Ikea ou Decathlon ? Je m’y suis aussi rendu en songeant à mon ami Alain geronneZ, hélas disparu voici bientôt trois ans, et qui me manque tous les jours. Alain avait une passion pour la Citroën  DS19, qu’il tenait pour une des plus belles sculptures du XXème siècle. Et je me souviens qu’ il aimait beaucoup le bâtiment Citroën.

Bon, alors que dire de cette ouverture et du barnum fait tout autour?  Une chose est sûre: Pompidou a mis le paquet avec des oeuvres de tout premier plan. Mais comment ne pas s’affliger de ce qui sera la mise de  Kanal dans cette affaire au vu de sa part pitoyablement réduite à l’occasion de cette ouverture? Attention: je ne reproche rien à Pompidou. On les invite, ils ne se font pas prier, et font leur boulot, avec tous les moyens dont ils disposent, en investissant quasiment les lieux de fond en comble. Mais n’était-ce pas le moment où jamais de donner parallèlement une visibilité aux créateurs intéressants de la scène belge contemporaine?  Que n’a-t-on confié  cette mission  à un Dirk Snauwaert  par exemple, qui s’y emploie au Wiels depuis 10 ans tout en y faisant découvrir des artistes étrangers majeurs? Mais voilà, la Région bruxelloise, à qui le bâtiment appartient pourtant,  n’a jamais soutenu le Wiels que du bout des lèvres. D’où la crainte  à présent que le Kanal-Pompidou se révèle moins une entreprise au service des créateurs, avec des projets artistiques réfléchis mais audacieux comme au Wiels, que  la manifestation d’une paresseuse politique de prestige pour office du tourisme.

Mon humeur s’est donc assombrie au sortir de cette visite. Et je songeais à nouveau à Alain geronneZ. Comment  les responsables de  Kanal n’avaient-ils pas pensé à présenter les  nombreuses oeuvres d’Alain -installations, photographies, performances filmées, écrits- qui avaient pour objet la  DS19? Les responsables de Beaubourg, plus avisés, n’ont pas manqué d’exposer la DS réduite de Gabriel Orozco, de même que la video tournée  à Bruxelles dans le bâtiment Citroën lui-même dès 2008 par Peter Downsbrough,  oeuvre qu’ils s’étaient empressé d’acquérir. Savaient-ils seulement, les responsables de Kanal que Simona Denicolai et Ivo Provoost, dont ils ont tout de même heureusement retenu les noms pour cette première,  étaient de proches amis d’Alain et que le travail qu’ils présentent s’inscrit en droite ligne dans la continuité du sien ?

 

 

 

 

 

 

 

 

Une réflexion au sujet de « Dimanche 6 mai »

Répondre à Daniel Locus Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>