Lundi 7 novembre

Retour de Paris, et des Journées de l’ECF sur le thème de « L’objet regard ». Beaucoup d’excellents travaux. Pour ma part, j’y ai planché sur le « donner à voir », beaucoup thématisé par Lacan dans son Séminaire 11, et dont j’ai eu la surprise de découvrir que l’expression n’était attestée dans aucun dictionnaire. Ni Littré, ni Robert, ni Larousse, ni Quillet ne la mentionnent, au contraire de donner à entendre, à rire, à penser. Lacan l’emprunte à Paul Eluard, qui a ainsi titré en 1939 un de ses recueils.

Le moment le plus excitant de ces journées: l’entretien de Serge Toubiana avec Gérard Wajcman. Comment la passion du cinéma nait-elle chez Toubiana? Avec Pierrot le fou de Jean-Luc Godard, qu’il découvre à 15 ans. Ca me parle beaucoup. Moi aussi j’ai eu le sentiment que le monde m’était donné à voir autrement avec Godard.

Mais Toubiana origine aussi cette passion d’un moment plus trouble: celui, datant de ses 11 ans, où ses parents l’emmènent voir La Strada de Federico Fellini, et où le spectacle de la misère humaine lui est insupportable. Il ne pourra se faire à l’idée de revoir ce film que 50 ans plus tard.

Le premier film que j’ai souvenir d’avoir vu: Spartacus de Kubrick !  J’avais une dizaine d’années. Je ne l’ai jamais revu depuis. Ce n’est pas nécessaire. Il est resté gravé de façon indélébile au fond de ma rétine.

J’ai par ailleurs été visiter au Jeu de paumes l’exposition conçue par Didi-Huberman intitulée Soulèvements. Je n’y ai pas traîné, tant je l’ai trouvée déprimante, comme un livre d’histoire jauni, ne soulevant aucune émotion, et certainement pas celle de se soulever!

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>