Lundi 17 octobre

Il ne faudrait pas imaginer, parce que j’ai oublié ce blog depuis quatre semaines, que je glandais tant que ça. A dire vrai, j’étais même complétement dépassé. Enfin, pas beaucoup plus qu’à l’accoutumé, mais je peinais à retrouver le rythme !

Comme je commençais à préparer le cours-conférence auquel je me suis engagé le 25 octobre prochain au Collège Belgique ( en duo avec Laurent de Sutter ), et qui tournera autour de la vision lacanienne du droit,  se tenait ce qui devrait être le dernier procès d’assises en Belgique.  Mais pourquoi passionnait-il ainsi le public ? Il y avait bien des raisons à cela, pas toutes très respectables, mais il y en avait au moins une que je tiens pour très légitime. La suppression de cette juridiction, pour des raisons économiques essentiellement, s’inscrit en effet dans un mouvement plus ample qui tend à l’effacement du corps parlant. Le  sujet du droit abstrait est un sujet muet sur sa jouissance de vivant. Lors d’un tel procès, il en allait bien sûr tout autrement.

Je ne serai pas traîné en assises pour cela, mais bon, je plaide coupable. Mea culpa, mea culpa maxima. Je me suis emballé voici quelques mois à propos sur ce blog d’une soi-disant lettre de Magritte à Lacan , l’interrogeant sur son tableau « La Reproduction interdite ». J’ai même cru bon d’envoyer  un papier à ce propos à « Matuvu », le blog préparatoire des prochaines Journées de l’ECF sur l’objet regard. Et à l’occasion de la présentation récente du livre de Marcadé sur Magritte, j’ai remis ça, en interpellant le président de la Fondation Magritte à propos de l’existence d’une correspondance plus régulière, qui sait?, entre ces deux-là. Eh bien , j’aurais bien fait d’être plus prudent et de vérifier mes sources, car il s’agissait d’une lettre apocryphe, fort bien tournée il faut le dire. Mais après tout, vu que Magritte a commis pas mal de faux (et même de la fausse monnaie !) , c’était bien son tour.

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>