Samedi 12 mai

Jean-Yves Jouannais était de joyeuse humeur jeudi soir à Beaubourg. C'est qu'il en avait fini, au moins provisoirement, avec la lettre F de son Encyclopédie des guerres, par l'entrée "furie". Le voici donc arrivé à la lettre G, G comme guerre…

Première entrée : gâchette! Sachez-le : on n'appuie jamais le doigt sur la gâchette – pièce située à l'intérieur de l'arme – mais sur la détente. Selon l'avis de Jean-Yves, que je partage, gâchette est tout de même plus approprié pour ce qui est de bousiller quelqu'un!

En revenant sur l'entrée "cercle", Jean-Yves a fait une digression qui m'a beaucoup plu à propos du style conçu comme conduction. La qualité première d'un style, sa singularité tient à sa capacité de conduction, ainsi qu'on en parle s'agissant des corps conducteurs de chaleur ou d'électricité.. Dans cette entreprise un peu folle de l'Encyclopédie des guerres, style Aby Warburg avec Bouvard et Pécuchet, il n'y a pas de fil conducteur, et c'est heureux, mais bien un style conducteur. Nous en avons eu une belle illustration avec le saut métonymique  fait depuis l'entrée "cercle" à "tournant".

C'est quoi, le tournant d'une bataille, le tournant d'une guerre? Jean-Yves tourne en spirale autour de cette question. Il en fait saillir les angles graves et les angles dérisoires, en redessine les contours jusqu'à la retourner comme un gant. Prochaine entrée annoncée: "genou" !

 

 

.

 

 Ec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>