Jeudi 4 août

Il est d’expérience qu’être malade  est rarement pardonné au psychanalyste. I Est-ce pourquoi il s’y  laisse aller de préférence pendant des congés? Je ne peux pas m’empêcher d’en former le soupçon, cependant que je suis cloué au lit depuis quelques jours à la suite d’une otite carabinée. Mais aujourd’hui je dois reprendre du service, ce qui est bien problématique, tant mon audition est pénible.

A dire vrai, j’ai surtout le sentiment d’une sorte de régression, qui n’a rien d’agréable. Mon enfance a été en effet empoisonnée par des otites à répétition. Je me souviens encore du nom du médicament qui m’était proposé sous forme de gouttes: la ciloprine. Ce mot coulait dans mon oreille à la manière d’un miracle!

L’envers de ces moments pénibles, c’était la lecture. Je  dévorais tout spécialement les romans de ce grand feuilletoniste que fût Alexandre Dumas. Et bien semblablement ces derniers jours, je me suis repu de séries dont m’avaient parlé les uns ou les autres: The Driver, Breadchurch, Hinterland, River. Dans l’état fiévreux où je me trouvais, il n’y avait pas mieux!

3 réflexions au sujet de « Jeudi 4 août »

  1. Un remède grand-mère pour otite : le cataplasme d’oignon. Un demi oignon cru coupé en lamelles. Faire chauffer quelques minutes à la poêle ou 20 minutes au micro-ondes. Mettre dans un chiffon et appuyer contre l’oreille pendant 20 minutes. A refaire trois fois par jour. Soulage la douleur. L’oignon doit être chaud! Vraiment efficace.

    On peut aussi faire des cataplasmes d’argile à renouveler chaque heure ce qui absorbera l’infection.Mais cela je ne l’ai jamais essayé.

    Prompt rétablissement!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>