Mercredi 18 mai

La vergette, me précise Camille De Rijck, est un autre nom du…virginal.  Nous voici dans la Leçon de musique de Vermeer. Ou dans quelque fête galante. -Comment s’appelle cet instrument à cordes et à pinces, Mademoiselle? -Une vergette, Monseigneur. – Comme c’est charmant !

A vergette et virginal, on préféra cependant l’usage d’espinette ou harpsicord, puis le mot clavecin s’imposa. Et  la vergette est tombée en désuétude, au point que le Littré ou le Robert ne la définissent  prosaïquement qu’au titre d’une petite brosse. Une recherche rapide sur Internet m’apprend cependant que les facteurs de clavecins usent bien de ce mot, pour désigner une tige de bois, sur laquelle un plectre est articulé, permettant de pincer les cordes. Je n’ai pas tout-à-fait compris s’il est un synonyme du « sautereau » ou s’il est une pièce de celui-ci.  Dans les orgues, il y a aussi des vergettes. Ce sont de longues tiges de bois faisant partie du mécanisme permettant de transmettre les mouvements des touches du clavier.

On nomme aussi vergette une tige renforçant la solidité d’un vitrail. En héraldique, il est en outre attesté comme  bande verticale étroite au milieu d’un blason. Et en minéralogie, il désigne un défaut dans la pierre. La vie des mots m’émerveillera toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>