Lundi 2 mai

Merci à Michaël Wolteche et Yves Mora, qui m’ont rendu accès à ce blog, sur lequel, pour d’énigmatiques raisons, je ne parvenais plus à rien mettre en ligne. Le site qui l’héberge ne reconnaissait soudain plus mes codes d’identification et mots de passe! Sur Facebook, Jean-Claude Encalado n’a pas manqué l’occasion de tourner en dérision cette forme penaude de destitution subjective !

Ce que je n’ai pu commenter à cause de cette panne ne changera pas la marche du monde. Je le déplore! Mais inutile d’y revenir donc. Je regrette tout de même  de n’avoir pu signaler en temps utile l’exposition de ma vieille amie Cécile Massart, qui à l’heure qu’il est, doit être à nouveau en partance pour le Japon et plus précisément pour Fukushima. C’est que depuis une vingtaine d’années elle a mis son art au service d’un combat pour  une « signalétique » des sites nucléaires, et plus particulièrement de ceux où sont stockés les déchets. Quand on songe en effet que 400000 ans sont nécessaires pour la décontamination des plus dangereux d’entre eux, on mesure qu’on évoque là un temps qui n’est plus à l’échelle de l’histoire de l’humanité. Comment transmettre aux générations futures, et sur quels supports, les informations minimales concernant ces lieux, voilà la question qu’elle ne cesse de soulever avec raison. Enfin, nous allons pouvoir dormir tranquillement désormais, puisque des pilules d’iode vont être distribuées à l’ensemble de la population belge. Circulez, y a rien à voir. La supplication de Svetlana Alexievitch ne doit être que mauvaise science-fiction.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>