Samedi 2 avril

Au lendemain des attentats du 13 novembre à Paris, il n’était pas très difficile de comprendre qu’un carnage pareil était à attendre à Bruxelles. Le lockdown décrété par les autorités belges en apportait la meilleure preuve par son incohérence. Tous les rassemblements étaient annulés, mais ce n’était pas le cas pour les messes dominicales. Or, devant la Cathédrale St Michel, pas la moindre protection policière ou militaire. Les rodomontades du Ministre de l’Intérieur sonnaient plus creux que ses cloches. Le même jour, je m’étais promené 20 minutes dans la gare du Midi en attendant un voyageur venu d’Amsterdam sans apercevoir un seul uniforme.

Vint la traque de Salah Abdelslam. Comme on le sait aujourd’hui, arrêté le 17 mars, il ne fût interrogé qu’une heure entre ce jour-là et le 22, quand se firent exploser à Zaventem et à Maelbeek les complices de sa cavale. Il était fatigué, et la maréchaussée en week-end. On révélait peu après que la police de Malines avait dans les mains depuis 2 mois l’adresse de sa planque…Depuis, chaque jour, on  en apprend de plus énormes. Je ne vais pas en faire la liste. La commission d’enquête parlementaire s’en chargera. Et la foire à la défausse continuera de plus belle.

Je n’ai pas eu de proches pris dans les attentats. Il s’en est fallu de peu, car ma fille a emprunté la ligne de métro passant par Maelbeek quelques minutes avant le passage de la rame fatale. Sur son lieu de travail, certains ne  comprenaient pas qu’elle s’en émouvait. N’avait-elle pas eu de la veine ?

Il existe plus d’une forme au traumatisme. il y a par exemple celle, bien connue des médecins militaires, de l’obusite ou vent du boulet, qui affectent jusque dans leur corps propre des soldats revenus indemnes du champ de bataille mais  qui ont vu la mort de près, de trop près, celle d’un camarade de combat en particulier. Déjà Hérodote, dans ses Histoires, raconte qu’un nommé Epizélétos vit à la bataille de Marathon, surgir devant lui un homme de grande taille et puissamment armé, dont la barbe ombrageait tout le bouclier. Cet espèce de spectre l’avait dépassé et tué son voisin de rang. Et bien qu’il n’eut été frappé dans aucune partie de sa personne, il en avait perdu la vue. En dépit des appels conjuratoires à ne pas céder à la peur, c’est l’ensemble de la population bruxelloise qui est aujourd’hui atteinte d’obusite. Quant à ma fille, elle va très bien, merci.

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>