Lundi 15 février

On sort de ce microcosme qu’est une station de sports d’hiver dans le Valais. Une semaine sans autre souci que la météo – assez rude pour cette période, il faut en convenir- et le choix des pistes à descendre. Plus d’obligations, plus de responsabilités, plus de tracas, l’oubli pour règle de vie. Débilité béate. Ah! la vie simple du skieur ! Toute entière concentrée sur une seule chose: son corps et ses diverses prothèses, comme autant de  membra disjecta qu’il lui faut rassembler.  A savoir: ses gants, ses lunettes  ou son masque, son bonnet ou son casque -et depuis l’accident de Michaël Shumacher, la majorité des skieurs portent un casque…tout comme lui ! -, sa combinaison, ses chaussures de ski, ses bâtons  et enfin ses skis bienaimés, sans lesquels il n’est que le prisonnier de tout le reste.

J’ai goûté cette déconnexion, et cela d’autant plus aisément grâce aux caprices de la wifi. Et puis à la faveur d’une longue insomnie dans l’autocar du retour et de la lecture des journaux, j’ai le sentiment étrange d’avoir été coupé du monde bien plus longtemps. Je réalise l’accélération foudroyante de l’embrassement syrien, qui me fait mesurer combien depuis les attentats de Paris, l’attention phobique généralisée portée aux questions sécuritaires et identitaires nous masquent en fait  l’extension du domaine de la guerre. C’est à présent un monstrueux champ de bataille, et sur une aire gigantesque, qui se dessine.  Et peut-être dois-je finir par donner raison à ceux-là, de bords divers,  qui comparaient – parallélisme qui me choquait profondément- la situation en Syrie  avec celle de 1936 en Espagne.

Je présume que les seuls pour qui ça ne changera rien à rien seront les Suisses.

 

Une réflexion au sujet de « Lundi 15 février »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>