Lundi 26 novembre

Ah le beau lapsus !  Myriam Séduis, ai-je écrit dans mon billet du vendredi 23, en évoquant Final cut, la pièce de Myriam Saduis, pour quelques jours encore à l’affiche du théâtre Océan Nord.  Myriam Saduis m’a séduit, oui, et je ne suis pas le seul, à en juger par toutes les critiques élogieuses qui fleurissent à son propos.

Séduit par Mitra, le film de Jorge Leon, présenté ce samedi au  cinéma Palace, le public semble bien l’avoir été tout autant. Dans le débat  qui a suivi, que  nous avons eu le plaisir d’animer,  Katty Langelez-Stevens et moi-même, Jorge Leon a souligné ce qui l’avait poussé à cette double entreprise d’une pièce de théâtre et d’un film autour de l’histoire de Mitra Kadivar, psychanalyste iranienne abusivement  internée en psychiatrie voici quelques années à Téhéran: un acte de solidarité. Solidarité de Jacques-Alain Miller, en réponse à l’appel à l’aide de Mitra, relayée par la communauté analytique rassemblée dans l’AMP, dont les efforts aboutirent à la levée de cet internement. A cet acte de solidarité, il s’est à son tour associé à travers ces deux créations, où l’histoire singulière de Mitra se croise  avec celles de patients en psychiatrie hospitalisés dans le Sud de la France. Le résultat filmique  en est un oratorio d’une puissante  beauté, où les images de ces derniers s’enchâssent avec le récit de l’enfermement de Mitra, sur fond d’une musique sublime dûe à la compositrice autrichienne Eva Reiter.

Vendredi 23 novembre

Au cours des Journées de l’ECF à Paris  le week-end dernier,  j’ai entendu d’excellentes choses, tant au niveau des  exposés cliniques  qu’à l’occasion des interventions de quelques invités très érudits,  tels  l’historien de la Grèce antique Bernard Sergent ou Pascal Torres, conservateur au Musée du Louvre.
C’est la grande vertu des ces Journées, ouvertes au grand public, que de conjuguer les témoignages de la pratique analytique et les connexions de la psychanalyse avec d’autres  champs. C’est ainsi que cette année, on put même y entendre Jean-Paul Gautier nous faire le récit de comment naquit sa vocation pour la couture, à 9 ans au cinéma où se projetait Falbalas, le film de Jacques Becker!
Deux exposés cliniques m’ont beaucoup impressionné: ceux de Martine Revel et  de Nouria Grundler, qui seront, je l’espère, publiés sans tarder. J’ai eu pour ma part le plaisir d’animer une séquence qui réunissait mes jeunes collègues Alice Ha Pham et Florent Martel. A travers leur présentation de deux cas de névrose obsessionnelle, se dessinait le drame au coeur de la  problématique de ces sujets, toujours peu ou prou mariés avec la mort.

On entendit aussi, comme c’est désormais une tradition dans ces Journées, deux nouveaux  témoignages de passe, soit les récits de fin d’analyse des analystes de  l’école, qui se sont risqués à la procédure imaginée par Lacan pour mieux cerner cette question complexe. Et les entendant, je songeais à cette autre sorte de passe à laquelle se livre en ce moment sur scène à Bruxelles, mon amie Myriam Séduis avec Final cut, son nouveau spectacle,  téméraire,  émouvant, drôle, dans lequel son expérience de la psychanalyse est évoquée de façon aussi percutante que subtile.

Devant le Palais des Congrès où se déroulait cette rencontre, nous eûmes par ailleurs droit, non pas à un défilé signé Jean-Paul  Gautier , mais à celui, moins glamour, de gilets jaunes, parmi lesquels on pouvait reconnaître le sinistre Florian Fillipot.  Le prix de l’essence grimpe en vérité moins vite que  les  « discours qui tuent », et il ne suffira pas d’un allégement des taxes pour  venir à bout de ceux-ci. Ni de discours moraux.

Je ne pouvais quitter Paris sans aller  voir à Beaubourg  la rétrospective Franz West. L’exposition la plus jubilatoire qu’il m’ait été donné de visiter ces dernières années. Au fait, il y a quelques mois,  je n’avais pas résisté à m’offrir une sérigraphie de Franz West. Je vous présente donc   Lily of the West !

Dimanche 11 novembre

Aux « temps arides du scientisme », Lacan recommandait au psychanalyste l’étude de la poétique, qu’il tenait pour la pointe suprême de l’esthétique du langage, en ce qu’elle inclût, précisait-il, « la technique, laissée dans l’ombre, du mot d’esprit ».  Je prendrai appui sur cette indication pour mon premier cours de « poétique lacanienne » le 23 novembre prochain à l’Ecole de la Cause Freudienne (1, rue Huysmans) à Paris, parallèlement à celui que j’ai le bonheur d’assurer à Bruxelles en collaboration avec mon amie Ginette Michaux.

Aux temps arides du fascisme ascendant, la poésie se trouve mise à la sauce amère de l’humour noir. On ne peut ainsi prêter assez attention à la devise qu’a empruntée Steve Bannon à Satan : Better to reign in hell than serve in heaven, -Plutôt régner en enfer que servir au paradis. Le vers est extrait du  Paradise  lost de John Milton. L’enfer sur lequel rêve de régner ce dangereux personnage est hélas à nos portes. Trump aux USA, mais aussi Dutertre aux Philippines et Bolsanaro au Brésil ont pris leurs leçons chez lui.

Bannon fait de l’Europe la prochaine étape de sa croisade pour l’apocalypse. En vue des prochaines  élections européennes, il est présentement occupé à poser à Bruxelles la base de son mouvement: The mouvement précisément. Il en a confié les clés au nommé Modrikammen, quelqu’un que nul n’a pris très au sérieux jusqu’ici, à tort à mon avis. Je le recommande à l’attention de ceux que préoccupent les « discours qui tuent » -thème de la journée organisée à Bruxelles à l’Université Saint Louis le 1er décembre prochain par la Movida Zadig. Toutes les infos à ce propos sur les sites du Champ Freudien et de  l’ACF-Belgique .

Aux temps arides des vents mauvais du scientisme, du fascisme ascendant et du triomphe de la marchandise, par quel chemin retrouver « l’autre côté du vent »?  De The other side of the wind, le film que le grand Orson Wells ne réussit jamais à terminer, existent plus de cent heures de rushes, à partir duquel a été reconstitué pieusement ce qui en constitue donc une version, parmi les mille et une avec lesquelles se débattait Wells, au milieu d’insolubles problèmes d’argent.  Sur Netflix, qui a financé le beau projet, on peut depuis quelques jours  découvrir ce chef d’oeuvre inachevé. On appréciera ce miracle avec plus de saveur encore à voir dans la foulée, ou mieux peut-être avant de découvrir le film lui-même, le formidable documentaire réalisé à son propos par Morgan Neville: They ‘ll love me when I am dead. Ils m’aimeront quand je serai mort, comme le disait Wells en riant aux éclats.  

Vendredi 9 novembre

 

Voici ma petite contribution au blog préparatoire aux prochaines Journées de l’Ecole de la Cause Freudienne, dont le thème est « Le mariage et la sexualité dans l’expérience analytique ».

D’hommestication

Les méfaits du tabac est une pièce en un acte d’Anton Tchekhov. Il s’agit d’un monologue tragi-comique, datant de 1902.
Niouchkine est préposé à l’économat  au sein d’un pensionnat de jeunes filles dirigé par son épouse. il remplit bien des tâches: il fait les provisions, surveille le personnel, inscrit les dépenses, coud les cahiers, écarte les punaises, promène le petit chien de Madame. Et puis, outre ces travaux domestiques, il enseigne: les mathématiques, la physique, la chimie, la géographie, l’histoire, le solfège, la littérature, la danse, le chant, le dessin. De plus, à la demande de sa femme, il donne des conférences sur des sujets strictement scientifiques dans un but philanthropique -entendez au bénéfice de l’institution dirigée par Madame.
Les méfaits du tabac: tel est son propos du jour. Il importe de savoir que: le tabac est une plante…Nous n’en saurons guère plus, hormis que: Si on enferme une mouche dans une tabatière, celle-ci expire.
Le conférencier ne cesse en effet d’être comme compulsivement amené à  entretenir son auditoire de celle dont il est le factotum. Celle-ci le martyrise impitoyablement. Elle l’insulte, le traite d’épouvantail, le prive de nourriture, se remplit les poches alors qu’il ne gagne pas un kopeck. La mouche dans la tabatière, c’est lui, ce pauvre idiot rêvant de tout planter là, et de s’enfuir au bout du monde, ou alors juste dans un champ où s’arrêter et rester immobile comme… un épouvantail à moineaux. Identifié à la croix qu’il porte depuis 33 ans.

Il prend l’auditoire à témoin de son injuste sort. Ah! les méfaits du mariage ! L’envie de hurler le prend. Il s’insurge, piétine rageusement la veste de son habit de conférencier, celle-là même qu’il portait le jour de son mariage. Mais voilà que, dans les coulisses, il devine l’arrivée de sa femme. Il ramasse promptement la veste honnie, prie l’auditoire d’assurer à sa femme de l’intérêt de cette  conférence sur les méfaits du tabac, et conclut: Dixi et anime levavi.
Son âme est soulagée sans aucun doute, mais de quoi ?- sinon  d’avoir pu confesser cette solide addiction à cette femme infernale. Socrate avec Xanthippe était moins plaintif certes, mais n’en tenait pas moins à celle que Xénophon dépeint comme « la plus acariâtre de toutes les femmes » !