Vendredi 13 juillet

J'ai décidé de tenir un blog par une sorte de coup de tête le vendredi 13 janvier dernier. Aujourd'hui vendredi 13 juillet – troisième vendredi 13 de l'année ! –  ce blog a donc  6 mois. A le parcourir rapidement, je réalise surtout  tout ce dont je n'ai pas parlé. Il est vrai que je n'en avais en rien préjugé, n'ayant aucune idée de l'intérêt que cette initiative éveillerait, non plus que du goût que j'y prendrais. 

Grâce à Google Analytics, qui établit des statistiques de fréquentation, je m'aperçois que le site est visité à raison d'une moyenne de 500 lecteurs par mois, répartis de façon assez balancée entre les nouveaux visiteurs et ceux qui reviennent.  Comme je n'avais pas la prétention de faire exploser l'audimat, ces chiffres me paraissent suffisants pour justifier de poursuivre. Je le ferai avec plaisir après une pause estivale de quelques semaines. 

Mercredi 4 juillet

Comme je résiste à tout sauf à la tentation, j'ai fait un saut jusqu'à Londres pour m'offrir une journée enchanteresse à Wimbledon, temple du tennis. C'est un enchantement qu'il faut mériter : pas de réservation possible en effet à Wimbledon, sinon sur le Centre Court où  les places s'arrachent. On y fait donc la file dès l'aube; la nuit entière pour les plus mordus, dans la bonne humeur et une atmosphère détendue. Les portes s'ouvrent à 10 h. Partout ailleurs cela me découragerait, mais pas à Wimbledon. The Queue fait part de la grande cérémonie du tournoi. Rassemblés sur une pelouse impeccable en une vingtaine de files parallèles, tel un bataillon du Barry Lindon de Kubrick, les participants reçoivent un numéro d'ordre imprimé sur un bristol semblable à un carton d'invitation à un thé au château de Windsor !  To have queued est une fierté, surtout s'il pleut, ce qui était le cas ce lundi ! Les Anglais sont décidément le peuple tout à la fois  le plus aristocratique ET le plus démocratique du monde.